METHODOLOGIE
     

    1.1.2. Les activités non curatives mais s'exerçant néanmoins dans le champ de la santé : activités préventives, administratives, de gestion, d'enseignement, de recherche ou de coopération.
Les formations complémentaires sont également considérées comme activités non curatives (sauf les formations pour les titres particuliers de médecin généraliste ou spécialiste).

L'activité des médecins, inscrits au tableau de l'Ordre, dont la nature de l'activité n'a pu être déterminée est comptabilisée à part. Dans les statistiques globales, elles sont regroupées avec les activités non curatives parmi les « autres activités sanitaires.

Les activités par médecin sont relevées selon leur type propre, chacune selon le lieu où elle est exercée. Par exemple, deux activités distinctes sont comptabilisées lorsqu'un médecin exerce tant une fonction administrative (non curative) qu'une fonction de soins (curative) au sein d'un même hôpital.


  1.2. Les médecins dits " inactifs "

Cette catégorie est constituée des médecins qui n'ont pas ou plus d'activité connue dans le secteur de la santé en Belgique. Elle inclut :

    1.2.1. Les détenteurs d'un diplôme légal belge, partis à l'étranger (à l'exception des candidats spécialistes en formation à l'étranger, lesquels sont comptabilisés parmi les actifs).
    1.2.2. Les jeunes promus non inscrits au Tableau de l'Ordre, dont l'activité n'a pas encore pu être déterminée.
    1.2.3. Les médecins dont il est notoire qu'ils n'exercent pas ou plus d'activité liée à la santé. Dans ce groupe, nous trouvons des praticiens âgés de moins de 76 ans qui n'exercent pas la médecine en Belgique (retraités, momentanément hors circuit ou n'ayant jamais eu d'activité connue dans le secteur de la santé).

Ne sont pas ou plus comptabilisés dans les statistiques :

- Les médecins diplômés durant l'année étudiée.
- Les médecins de 76 ans et plus ; ils sont tous censés avoir quitté définitivement toute activité dans le secteur de la santé ; des relevés INAMI ont montré que, si certains restent actifs, leur volume d'activité est en général très restreint.
- Les diplômés étrangers, détenteurs d'une autorisation légale d'exercer en Belgique (par arrêté Royal ou Ministériel), dont on a perdu toute trace sont censés être partis définitivement (qu'ils aient ou non exercé en Belgique) ; ils ne sont plus inclus dans les statistiques depuis 1994. Auparavant, ils étaient comptabilisés parmi les "inactifs".

Page 4/10